retour

Post-confinement : quelle place le digital a-t-il pris dans la vie des Français ?


L’année dernière le Web fêtait ses 30 ans. 

30 ans de croissance permanente avec le développement exponentiel des autoroutes de l’information, la démocratisation de l’accès à internet pour les foyers français grâce notamment à la guerre commerciale entre les fournisseurs d’accès pour proposer des tarifs toujours plus attractifs, ou encore grâce à un certain nombre de mesures du gouvernement pour réduire la fracture numérique entre les Français, en particulier les jeunes.

30 ans d’innovation aussi avec la popularisation des ordinateurs portables puis des tablettes qui à travers leur utilisation nomade ont également fait changer le rapport à l’espace public avec la nécessité de disposer d’un accès Wifi dans les cafés, gares, services publics et autres espaces d’attente. 30 ans de révolution avec l’avènement en 2007 du smartphone, devenu le chouchou des Français qui le privilégient à l’ordinateur pour faire leurs recherches. 30 ans qui ont amené de gré ou de force toutes les industries, commerces, entreprises, associations, en somme tous les secteurs d’activité à repenser leur stratégie de visibilité et à adopter le dress-code du numérique. En effet, être présent sur internet est devenu une nécessité pour qui veut être invité à la fête de la croissance.

Le constat est clair : les Français ont pris l’habitude de rechercher sur internet ce dont ils ont besoin, un produit, un service, un avis, une recommandation, une idée, un savoir. Il existe aujourd’hui une palette infinie d’offres dans tous les domaines d’activités (tourisme, loisirs, restauration, culture, mode, beauté, santé, électroménager, banques, assurances, décoration, logistique, etc) et sous toutes les formes : sites vitrine, sites e-commerce, sites informatifs, blogs, plateformes de réservation, contenus vidéos, etc 

Les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Linkedin, Snapchat, etc) ont largement contribué à la puissance du Web dans le relai de l’information et donc de la communication et la publicité.

Le Web est devenu en 30 ans la pierre angulaire de la consommation et de la communication en France

post confinement et digital

2020 : un bond sans précédent

Il aura suffit de 2 mois (oui 2 mois enfermés c’était suffisant, merci !) de confinement pour que le digital prenne une place encore plus importante, voire monumentale dans la vie des Français. 

Situation totalement inédite en France, le confinement a obligé les Français à revoir leurs façon de vivre, de communiquer et de consommer. 

Tout d’abord sur le plan social, l’impossibilité de se déplacer, de se réunir, de voyager a considérablement changé la donne. D’abord prostrés à l’idée de ne plus voir leurs proches, les Français ont très vite saisi toutes les opportunités pour communiquer le plus possible entre eux. Les messageries instantanées telles que Facebook Messenger, Whatsapp ou Skype ont été surexploitées durant cette période et en particulier la fonction vidéo qui a permis de redonner un peu plus d’humanité à cette période d’enfermement.

De nombreux apéros skype avec les amis, visios en famille, ou célébrations d’anniversaire en webcam ont émaillé le quotidien des Français. Le digital a largement contribué à maintenir le lien avec les proches, à pouvoir prendre des nouvelles des grands parents ou des personnes vulnérables et donc à garder le moral en cette période étrange. Instagram a vu fleurir la créativité de nombreux artistes ou d’humoristes qui ont su égayer la vie confinée des Français.

Ce réseau a également servi d’exutoire et de moyen d’expression pour s’affranchir du stress relatif au confinement. Les réseaux sociaux d’une manière générale ont permis également une plus large couverture de la population concernant l’accès à l’information sur les consignes de sécurité sanitaire, et donc une meilleure contre-attaque envers la pandémie. Mais aussi et surtout le web a permis de véhiculer un certain esprit de solidarité entre les Français, en relayant les bonnes initiatives, en mettant en valeur le travail des soignants et des travailleurs et travailleuses en première et seconde ligne.

Privés de déplacements, de nombreux Français ont dû télétravailler (1 salarié sur 5!), et pour la plupart cela a été totalement nouveau. Il a fallu apprendre sur le tas et se réorganiser. Et sur ce point on peut dire que les outils de visioconférence ont largement contribué à permettre la continuité de service et de production. Zoom, Teams, Slack, encore inconnus du grand public il y a quelques mois, ces outils ont été très vite adoptés en masse et ont connu une utilisation hors du commun.

Le digital a été le soutien clé de l’emploi durant cette période de crise, mais également un atout de poids pour permettre la continuité de la formation et de l’enseignement. Outre les cours disponibles en ligne et les classes virtuelles avec les professeurs pour les écoliers, collégiens, lycéens et étudiants, cette période a vu aussi exploser le nombre de formations en distanciel.

De nombreuses personnes, salariées ou non ont choisi de mettre à profit ce temps ralenti pour s’engager dans une formation, et pour un grand nombre d’organismes de formation, les sessions de formation en visioconférence ont constitué la meilleure solution de repli pour ne pas voir s’effondrer leur chiffre d’affaires.

Autre aspect notable, les Français ont également revu leur façon de consommer et d’occuper leur temps libre à domicile. On craignait un effondrement de la consommation, avec effectivement une première période essentiellement consacrée aux achats de première nécessité, liés à l’alimentation et à la santé. Mais très vite l’ennui et la routine ont poussé les Français à se tourner vers des modes de consommation alternatifs. De nombreux Français ont simplement consommé différemment, en commandant via internet et en prenant leur mal en patience vis-à-vis des délais de livraison, en prenant le temps de mieux choisir ou encore en optant pour la livraison de leur repas.

À ce propos de nombreux restaurants ont mis en place un service de commande en ligne ou de pick-up. Et plus largement Internet a permis de donner vie aux plan B des entreprises pour continuer à tourner. Le secteur de la santé, en particulier la médecine de ville a pu maintenir ses services grâce au déploiement accru de la téléconsultation médicale, permettant ainsi au plus grand nombre de se soigner sans prendre de risques en se déplaçant. Encore timide il y a quelques mois, ce mode de consultation s’est depuis largement répandu. Le digital a permis aux Français de continuer à acheter ce qui leur est essentiel. 

Le divertissement a constitué un aspect essentiel pour tenir bon durant le confinement. Mais seul le Web pouvait pourvoir au divertissement entre quatre murs. Certains ont binge-watché sur les plateformes de streaming ou Youtube, d’autres ont fréquenté les applis de rencontre de façon frénétique, d’autres ont suivi des cours de yoga ou de cuisine en ligne, d’autres se sont pris d’une nouvelle passion pour la décoration après avoir été confronté H24 à leur mur du salon trop blanc et ont rempli une dizaine de paniers en ligne, etc. Les jeux en ligne ont battu leur plein et les influenceurs sur Instagram ont décuplé leurs audiences. De nombreux musées ont reçu des millions de visiteurs virtuels (grâce à la réalité augmentée). Durant le confinement Internet a très bien joué le jeu 😉

confinement habitudes digitales

Le déconfinement, et après ?

À l’approche du déconfinement le 11 mai 2020, les spéculations sur la régression ou disparition de certaines habitudes liées à la crise sanitaire allaient bon train, mais finalement en ce qui concernent les ressources développées durant le confinement, les idées innovantes, les pratiques nouvelles ayant contribué au soutien de l’économie, de l’emploi, de la formation, à la continuité de services des entreprises et tout simplement au maintien de la vitalité culturelle et de la vie la plus sociale possible pour les Français, toute cela perdure. Et Internet ne déroge pas à la règle puisque l’on constate que toutes les solutions positives se développent encore davantage et même de façon exponentielle : 

De nombreux salarié.es s’épanouissent en télétravail, de nombreux employeurs comptent bien prolonger ce mode d’organisation de façon pérenne. Les outils de visioconférence sont désormais plébisicités et la bataille entre les opérateurs fait rage. De nombreux secteurs d’activité proposent désormais leurs services en ligne, que ce soit dans le domaine de la santé avec la téléconsultation médicale, les musées ou les sites touristiques avec les visites virtuelles, ou des entreprises qui momentanément privées de boutiques physiques ont choisi d’opter pour une présence web, etc. Enfin bon nombre d’entreprises se sont lancées dans la refonte de leur site web ou dans le recours à des experts en référencement SEA ou SEO pour améliorer leur visibilité et leur notoriété sur le Web, ce qui est devenu incontournable aujourd’hui dans le monde d’après. À propos d’experts SEA/SEO/WEB, vous connaissez Let’s Clic ?…

Cet article vous a plu, partagez le :

Comment diminuer le taux de rebond ?

Votre site internet se porte bien, le trafic organique est en constante évolution, vous êtes bien positionné sur des mots-clés…

Quelle est la taille idéale pour vos contenus web?

Combien de mots faut-il pour se classer en première page de Google ? Quelle est la longueur optimale page pour…

Instant Experience : la publicité immersive de Facebook Ads

L’Instant Experience est un type de publicité proposé par Facebook Ads afin d’immerger un utilisateur après un clic sur une…